Les racines de mon engagement : ce que le cancer m’a appris

« Maintenant vous êtes guérie ! ».

Des mots tellement attendus qu’ils résonnent de façon irréelle, après des mois de combat face à la maladie.

Guérie ? Alors y’a plus qu’à…

Le tapis rouge se déroule. Nouveau départ vers l’inconnu.

Plus de 25 ans après, je me souviens de ce moment. Comme délestée d’un poids, une joie intense mêlée d’une étrange sensation de vide. De recommencement. Reprendre la vie là où elle s’était figée à l’annonce de la maladie.

Embarquement pour un drôle de CDI

J’avais 23 ans quand le cancer m’a stoppée en plein vol. Embarquement pour un drôle de CDI : « Combat à Durée Indéterminée ». Face à un adversaire dont je ne connaissais rien et qui allait se révéler plus virulent que prévu. M’obligeant à stopper toute activité durant 2 ans. Une vie entre parenthèses, rythmée par des traitements éreintants. Des mois d’hôpital, coupée du monde. Puis une lente remontée vers ce qui allait être un nouveau départ.

Repartir à zéro. Surveillée comme le lait sur le feu, mais avec envie de vivre débordante. Une joie intacte. Et un regard à jamais changé sur la vie. En total décalage avec ceux de mon âge. La sensation d’être une autre. Une survivante… « Toi tu as de la chance, tu t’en es sortie ». Ce qui n’était pas le cas pour plusieurs compagnons de combat que la maladie avait embarqués. Laissant un trou béant, plus profond que celui du crabe.

Comment vivre l’après ?

L’après cancer, rien ne nous y prépare. On en parle peu. Et pourtant cette étape tout aussi délicate est décisive dans la reconstruction d’une vie qu’on a tellement hâte de retrouver « normale ».

Car le cancer, comme tout accident brutal dans une trajectoire de vie, crée une rupture nette. Indélébile. Du jour au lendemain, tous les repères sont chamboulés, les priorités se redessinent, le quotidien se réorganise, le noyau familial se mobilise ou éclate, toute l’énergie se recentre sur un seul objectif : sauver sa peau.

Après des mois de lutte sans répit, l’objectif si longtemps en première ligne change. Il doit être remplacé par autre chose. Mais quoi ? Comment reprendre la route ? Dans quelle direction ?

Au-delà de l’épreuve physique, la maladie est un parcours initiatique qui met face à soi-même. Elle oblige à aller puiser au fond de soi des ressources insoupçonnées, à se découvrir des facettes inconnues. Elle fait toucher à la vulnérabilité de la vie, l’idée que tout peut s’arrêter du jour au lendemain. Que tout est éphémère. Elle fait se questionner sur le sens de la vie, sur son histoire personnelle.

Prendre le temps de (re)faire connaissance avec soi-même est essentiel pour se reconnecter à ses aspirations profondes, écouter ses propres besoins, choisir une voie qui permettra à la fois de s’épanouir tout en se préservant.

Nouveau départ : une quête de sens

Ce sujet du nouveau départ me tient particulièrement à cœur. Pour avoir vécu cette période de l’après, entre flottement et envie de foncer tête baissée pour « faire comme si de rien n’était », je sais à quel point il est important de ne pas aller trop vite, au risque de passer à côté de soi. Il y a un temps incompressible de maturation.

Etre accompagné dans ces moments clés de réinvention personnelle et professionnelle permet de reprendre confiance, regonfler l’estime de soi mise à mal,  s’interroger sur ce qui motive vraiment. S’engager dans une voie qui tient à cœur est la clé pour préserver son énergie, réalimenter la pompe et insuffler le carburant nécessaire dans les moments de doute, tout en contribuant à solidifier le chemin vers la guérison.

Et cela est vrai dans l’après maladie, mais aussi après tout chamboulement profond, comme une longue période de chômage, une remise en question personnelle, une reconversion ou un lancement d’activité.

Tout cela nécessite une réflexion sur de nouveaux objectifs de vie, incluant à la fois l’aspect professionnel mais aussi plus globalement toute la dimension personnelle ou spirituelle, le questionnement identitaire que l’épreuve peut engendrer. Et là, chacun connaît son propre rythme. Pas de conduite à suivre, pas de recette toute faite. Beaucoup d’écoute et du temps pour faire émerger les vraies envies.

De quoi ai-je vraiment envie maintenant ? Qu’est-ce qui est important pour moi ? Dans quelle direction m’orienter ? Changer de voie, explorer de nouvelles pistes, tout en prenant soin de moi en m’octroyant du temps, pratiquer une activité sportive, tisser de nouveaux liens, me recréer un cercle de soutien et d’amis plus en phase avec ce que je suis devenu(e), en acceptant que certains aient tout simplement déserté. Savoir dire non et s’affirmer avec aplomb et sérénité.

Et se rappeler que les nombreuses ressources activées durant l’épreuve sont bien là comme autant d’atouts pour bâtir un nouvel équilibre et se remettre au centre de sa vie. Guérir en reconnectant la tête, le corps et le cœur.

Ce chemin prend du temps. Un temps long et propre à chacun.

Découvrez l’accompagnement proposé

Retour au travail après maladie, longue absence

Béatrice Pasquer

Depuis 15 ans, j’accompagne les entrepreneurs et dirigeants dans leur développement, ainsi que les personnes en réinvention professionnelle suite à une rupture de parcours, comme la maladie. Avec la conviction que nos sorties de route et bifurcations sont autant d’opportunités de renaissance à soi et de nouveau départ.  Lire +

2020-11-17T12:27:07+01:00
Go to Top